Né le 19 mars 1934 à Tlemcen, assassiné le 28 septembre 1995 à Alger.

 

Itinéraire politique

 

Pendant la guerre de libération Nationale

- Adhère au M.T.L.D en 1949.

- Rejoint le F.L.N à sa création où il exerce diverses responsabilités, entre autres :

membre du Secrétariat de l’Association Générale des Travailleurs Algériens – A.G.T.A-,

membre de la fédération de France du F.L.N,

coordonnateur du Collectif des Avocats chargés de la défense des détenus et des internés.

- Arrêté et détenu à la prison de Fresnes en France.

- Libéré en avril 1962, après le cessez-le-feu.

 

Après la guerre de libération

- N’étant pas d’accord avec les conditions dans lesquelles s’est engagée la prise du pouvoir, il prend part à la première opposition au régime naissant et devient membre du Secrétariat du premier parti d’opposition né en mai 1962, sous la direction de Mohamed BOUDIAF : le Parti de la Révolution Socialiste (P.R.S).

- Échappant de justesse à l’arrestation des dirigeants du P.R.S décidée par le pouvoir de l’époque, il plonge de nouveau dans la clandestinité et poursuit l’action d’opposition, au nom du P.R.S, jusqu’à la création du F.F.S dont il fut membre du Secrétariat.

- Arrêté à la fin de l’année 1963, il est libéré après l’accord passé entre une partie de la Direction du F.F.S et le pouvoir.

Après sa libération, en 1964, et devant l’impossibilité de faire prévaloir une solution démocratique, en raison du contexte national de l’époque, il décide de reconvertir son militantisme politique en militantisme « étatique » et se lance, comme beaucoup de sa génération, dans l’édification d’un Etat Algérien moderne.

 

Itinéraire professionnel

           

Durant 30 ans, il a consacré son temps et son énergie à servir l’État, ce qui le conduit à occuper successivement des responsabilités politiques :

 

1964 : Chargé de mission puis Sous-Directeur au Ministère des Affaires Sociales

1965 : Directeur des Services Techniques de la Formation Professionnelle

1967 : Directeur de l’Institut National de la Formation Professionnelle

1973 : Directeur à la Présidence de la République

1977 : Secrétaire Général du Ministère de l’Habitat

1984 : Vice-Ministre chargé de la Construction

1986 : Ministre du Travail et de la Formation Professionnelle

1987 : Ministre de l’Enseignement Supérieur

1988 : Ministre de l’Intérieur et de l’Environnement

1991 : Ministre chargé des relations avec l’A.P.N et les associations

1991-1992 : Ministre de la Communication et de la Culture.

 

A sa sortie du Gouvernement, en 1992, il a travaillé sans relâche à persuader ses interlocuteurs de la nécessité de favoriser le rassemblement le plus large possible de tous ceux qui croient en la démocratie et qui adhèrent à l’idée de progrès autour d’un projet de société fondé sur la modernité.

 

Il a été assassiné le 28 septembre 1995 et, sur sa tombe, au Cimetière El Alia, ont été inscrits ces mots :

 « Les batailles que l’on perd, ce sont celles que l’on n’engage pas. »